Qui sommes nous?

L’association FreeganSuisse

L’association s’est constituée au départ avec seulement quatre personnes en 2011. Elle a pour but d’aider les retraités vivant dans la pauvreté. Au départ, nous pensions œuvrer pendant quelques mois, le temps de mettre en place une relation entre nos 42 retraités bénéficiaires et d’autres associations, car c’est un public fragile qui a beaucoup de mal à faire des demandes d’aide quand ils en ont besoin.

Avec l’arrivée du COVID, nous sommes passés de 42 bénéficiaires à 156. Le temps passe très vite et cela fait maintenant 13 ans que nous continuons quotidiennement à aider nos aînés dans le besoin. Tous les soirs, nous récupérons des invendus qui sont redistribués aux papis et mamies de la région. Mais ce n’est pas tout, car au jour le jour, nous essayons de leur rendre la vie plus facile dans bien d’autres domaines.

Suite à la crise du COVID les demandes ont explosé. En plus des personnes agées de nombreux étudiants mais également des familles toutes entières se sont tournés vers nous. Solidairement nous les avons aidés du mieux que nous le pouvions.

Pour toutes ces personnes FREEganSuisse a des solutions pragmatiques, un réseau, du système D et beaucoup, beaucoup d’intelligence du cœur pour que chacun puisse recevoir et redonner ce qui lui est indispensable.

Vous aussi vous pouvez nous aider à les aider.

Quelles sont nos activités ?

Au début et pendant plusieurs années, nous avons seulement apporté de la nourriture issue des invendus de chez Aligro Matran et de Table Suisse à nos bénéficiaires. Puis, face au constat douloureux de l’état dentaire de certains de nos bénéficiaires, nous leur organisons des voyages dentaires en urgence quand cela est possible, selon nos moyens. Nous leur trouvons aussi de quoi se loger et nous les aidons à déménager lorsque leur habitat est vétuste ou qu’ils ne peuvent plus assumer leur loyer

Ainsi, nous avons ouvert des colocations entre seniors en France voisine, tout près de la frontière, car les loyers y sont moins chers et ils peuvent autogérer leur colocation tout en restant libres et en contact avec nous en cas de soucis et problèmes. Nous sommes en relation constante avec les communes qui sont au courant et une association locale en cas d’urgence.

Des rencontres intergénérationnelles

Avec le concours et le soutien de l’association Reper de Fribourg, nous avons créé, il y a deux ans, un atelier antigaspi dans les locaux de Reper. Lors de ces ateliers, toutes les générations se retrouvent une fois par semaine pour faire des conserves et élaborer des repas savoureux à base d’invendus et de dons de la banque alimentaire. Cela permet à nos aînés de sortir de l’isolement une fois par semaine, de rencontrer des jeunes et des moins jeunes, d’échanger des savoirs et de partager la joie de se rencontrer, le tout gratuitement

Nos moyens financiers

Ils sont quasiment nuls. Nous n’avions pas prévu d’exister aussi longtemps et nous collectons des fonds par le biais de ventes ou de dons. Nous ne demandons pas de soutien à l’État car nos comptes ne sont pas justes depuis le départ. À vrai dire, quelques fois, des institutions religieuses nous aident ponctuellement en cas d’urgence et la Loterie Romande nous a financé une voiture en 2012. Mais nous n’arrivons pas à tenir des comptes sérieux car nous n’avons personne pour le faire et nous manquons de temps et d’investissement humain. Nous sommes souvent de notre poche personnelle pour payer les frais d’essence ou les loyers associatifs ces comptes sont un vrai casse tête, L’association n’a pas de dettes mais elle ne fait pas non plus de bénéfices sur quoi que ce soit.

L’avenir de FreeganSuisse

Il est au jour le jour pour le moment et nous aimerions bien continuer dans la mesure du possible sur le canton malgré nos faibles moyens. Ce projet est devenu un exemple de ce qui peut se faire pour un public vieillissant qui souhaite rester le plus longtemps possible chez eux en autonomie et éviter la mise en EMS, qui est parfois brutale et cruelle.Un projet pilote verra le jour en France prochainement avec l’aide, le soutien et la bienveillance des communes qui vont faciliter ce projet . Ce projet séduit par son utilité aux personnes âgées isolées, parfois dans les campagnes, qui n’osent pas demander de l’aide ni se rendre dans les services sociaux. La liaison de confiance est parfois difficile à établir et notre présence aide à créer un climat non anxiogène pour ces personnes.